Demande en invalidité de mariage

Tous les couples qui se préparent à la célébration de leur mariage pensent qu’ « Amour » rime avec toujours. Les catholiques, comme les autres, souhaitent construire une couple qui résiste aux tempêtes de la vie.

Malheureusement, le temps, les difficultés quotidiennes détruisent parfois les couples qui se séparent et divorcent comme les autres couples non catholiques. Or, L’Eglise ne reconnaît pas le divorce, mais dans certains cas, elle reconnaît qu’au moment de leur union, les époux n’avaient pas le discernement ou la liberté nécessaire pour prendre un engagement catholique. L’un ou l’autre peut alors engager une procédure de demande en invalidité. C’est une procédure assez longue (minimum 18 mois) devant un « tribunal de l’Eglise » : l’officialité, qui peut se terminer par l’invalidité du mariage appelé aussi « nullité ».

Nullité ne veut pas dire que tout ce qui a été vécu dans la famille est nul, mais que les critères nécessaires à un mariage catholique n’étaient pas remplis au moment où les conjoints se sont dit « oui » devant le prêtre ou le diacre.

Pour tout renseignement, contacter M. René GOUDARD, à la chancellerie (évêché - BP 1 - 07220 VIVIERS).

Pour accéder à l’annuaire diocésain, cliquer ici.