Famille et sainteté, Toussaint 2015, texte de Mgr Balsa

A priori, on pense souvent que la sainteté est non seulement inaccessible, mais encore qu’elle ne concerne que des individus.

Or, en canonisant les parents de Sainte Thérèse, Louis et Zélie Martin, alors même que se tient le synode sur la famille à Rome, le Pape François a manifesté que Dieu considère la famille comme une réalité qui peut amener un couple à la sainteté.

JPEG - 86.2 ko

Et pourtant, on peut légitimement en douter, car à voir Adam et Eve, et leurs enfants Caïn et Abel, la première famille humaine dont nous parle la Genèse, semble être le modèle malheureux de toutes les familles humaines.

Et c’est vrai. Il serait illusoire et mensonger de croire que la famille humaine échappe à ce péché originel qui frappe tout homme et toute femme, et par conséquent tout couple, et par conséquent les enfants, et par conséquent les fratries.

Combien ont cru que leurs forces, leur volonté seule, et plus prosaïquement leurs hormones suffiraient. Combien l’ont naïvement cru et ont en fait vécu leur famille comme un enfer.

Tous, nous avons fait l’expérience que notre péché nous affecte et affecte les autres, comme celui des autres les affecte et nous affecte.

Les époux Louis et Zélie Martin n’ont pas échappé à ce péché originel, mais, en famille, ils ont trouvé une voie grâce au Christ, non qui les a rendus parfaits, mais qui les a rendus saints.

Cette voie ne nous est pas inaccessible. En tous cas, elle n’est pas plus difficile que celle qui nous déchire. Je suis sûr que beaucoup d’entre nous font déjà l’expérience de la sainteté dans leur famille.

Humainement d’abord, lorsque des époux s’aiment et prennent les moyens de s’aimer dans la duré, qu’ils tiennent leur parole, avec les multiples changements auxquels ils sont soumis : la surprise de la différence toujours nouvelle de l’autre, la venue des enfants voulus et pourtant non choisis ainsi que leur départ, les parcours professionnels de chacun, les langages de la sexualité évoluant dans le temps, le vieillissement toujours subi, les crises surmontées, les réconciliations, etc.

Mais c’est surtout sans vie spirituelle que la famille court les plus grands dangers.

L’Eglise nous aide à alimenter sans cesse notre relation aux autres de la famille à l’intérieur de la relation que Jésus-Christ entretient avec nous.

Comment oser aller vers quelqu’un, et qui plus est, oser l’épouser pour fonder une famille,
et oser transmettre la vie si ce n’est qu’en le faisant à la manière dont Dieu ose venir vers nous de manière trinitaire, et épouser notre condition humaine pour fonder une communauté humaine, et engendrer des hommes et des femmes à une vie de bonheur à l’image de Dieu.

C’est le projet que Dieu nous propose dans son Eglise, à travers les préparations au mariage, l’aide à l’éducation des enfants, le sacrement du pardon, celui des malades.

Parce que ceux qui veulent fonder une famille à la manière du Christ ont été plongés au baptême dans sa mort pour avoir une vie nouvelle, et qu’au jour de la Confirmation, ils ont reçu l’Esprit même de Dieu qui donne la force de vivre comme Jésus, alors, oui, sainteté et famille vont de pair, sainteté et famille sont à portée de main.

Bonne fête de la Toussaint à toutes les familles.

+Jean-Louis BALSA
Evêque de Viviers

JPEG - 458.1 ko