Rencontre européenne avec la communauté de Taizé à Madrid

Entre le 28 décembre et le 1er janvier, près de 18000 jeunes se sont retrouvés à Madrid en Espagne pour vivre le 41e pèlerinage pour la paix sur la Terre avec la communauté de Taizé. Parmi eux, 33 jeunes de Drôme et d’Ardèche avaient fait le déplacement. C’est le thème « N’oublions pas l’hospitalité » qui les a réuni autour de 5 points. Témoignages.

Se laisser accueillir par Dieu
Comme il fut bon de se rappeler avant tout que Dieu nous accueille !
« Avec ma cousine, nous avons été accueillis par une dame âgée qui s’est occupé de nous comme de ses petits-enfants ». Denis, 17 ans.

Accueillir le Christ
« Le Christ ressuscité dit : Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je prendrai un repas avec lui et lui avec moi. » (Apocalypse 3,20).

S’accepter avec ses dons et ses limites
Un temps pour faire communauté aussi à travers le partage de la prière commune pendant le trajet, préparée par des jeunes volontaires qui ne se connaissaient pas mais qui ont construits en mettant en commun leurs talents.

Vivre en Eglise
« Malgré certaines difficultés dues à la langue lors des échanges, les différences disparaissent lors des prières communes ». Pauline 18 ans.
« Il est bon de se souvenir que nous ne sommes pas seuls dans la foi ». Anissia, 19 ans.

Exercer une hospitalité généreuse
Nous avons effectués des services (repas, circulation…). Des services exigeants sur les horaires mais qui ont été forts, au service de tous.

5 pistes à approfondir au long de cette année 2019. Nous repartons enrichi et plein d’espérance de cette expérience, avec la conviction que nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice du monde dans lequel nous espérons vivre.

« Pour moi ces rencontres sont une belle occasion de montrer au monde que les jeunes d’aujourd’hui veulent voir le monde bouger ». Yannicke, 31 ans.

« Je repars pleine d’espérance pour un monde qui a plus que besoin de notre contribution ». Mathilde, 16 ans.

« Seul, on se découvre, on prie. En groupe, on expérimente la joie de la rencontre. Ennuyé, on apprend la patience, parfois l’humilité. Au cœur de l’action, on se ressource, on se renforce. On met en pratique pour soi et les autres ce que le Seigneur nous souhaite voir faire. Perdu, on se prépare à un soulagement et à une joie plus grande que le désagrément présent, lorsqu’on retrouve son chemin et on découvre la réalité qui nous entoure. Bien d’autres dons découlent de la source vive de Taizé, et j’ai le sentiment que ce torrent pourra remplir un océan et répandre son amour sur terre. » Thomas, 17 ans.

Aurore Tracol