Crise des gilets jaunes : porter un regard chrétien

Le dimanche 10 février, l’équipe Veille de la paroisse Sainte-Claire d’Annonay-Vocance organisait une rencontre à la Sainte-Famille pour un temps d’échange sur le mouvement social qui touche le pays depuis plusieurs mois.

Une cinquantaine de personnes d’horizons divers se sont retrouvées : paroissiens, habitants du quartier, gilets jaunes (certains catholiques, d’autres non).

Le but de cette rencontre n’était pas de se substituer aux débats nationaux organisés par les collectivités territoriales locales mais de proposer de redécouvrir, ou tout simplement de découvrir, ce qu’est la Doctrine Sociale de l’Église pour que chacun puisse porter un regard chrétien sur la situation.

L’équipe Veille a d’abord resitué son rôle qui est de prendre en compte les situations de précarité, de détresse, de solitudequi peuvent être présentes sur la paroisse. Et de s’assurer que les personnes puissent être accompagnées et soutenues dans le respect et la discrétion en lien avec les associations et organismes publics compétents. Sa mission : écouter, alerter, informer, proposer des actions concrètes de solidarités et d’accueil.

Elle a rappelé que l’Église est là avant tout pour les plus petits : les pauvres, les exclus et toutes les personnes en souffrance.
Après avoir mentionné quelques points fondamentaux de la Doctrine Sociale de l’Église plusieurs groupes se sont constitués afin de réfléchir sur les sujets proposés par le Conseil Épiscopal du diocèse de Viviers, dans son courrier du 2 janvier à savoir :

  • - Quelles sont les principales causes du malaise actuel ?
  • - Qu’est-ce qui pourrait nous faire sentir davantage partie prenante des décisions politiques ?
  • - Quels sont les lieux ou corps intermédiaires qui favoriseraient cette participation ?
  • - Quel « bien commun » recherché ensemble pourrait nous fédérer et à nous tourner vers l’avenir ?
  • - Quelles raisons d’espérer souhaitons-nous transmettre à nos enfants et petits-enfants ?

Ce fut l’occasion, grâce à la diversité des personnes présentes, d’avoir des échanges riches. Mais aussi de « s’apprivoiser » les uns et les autres. Lorsqu’on ne se connaît pas on peut avoir peur, se juger. Seul le dialogue dans l’écoute vraie et la bienveillance permet de libérer la parole, de mieux se comprendre pour pouvoir avancer ensemble.
Les « gilets jaunes » ont le sentiment de subir une forte répression. Ils ont donc beaucoup apprécié de pouvoir trouver dans l’Église un lieu où ils peuvent s’exprimer, où ils sont écoutés et considérés.

Cette rencontre n’est pas une fin, c’est un premier pas ! Invitation a été rendue par les « gilets jaunes » qui convient à leur tour les paroissiens à venir à les rencontrer sur le rond-point de Davézieux !

Sophie BERTRAND