Les croix de chemins

“Chemins de croix, croix des chemins” tel était le thème retenu pour cette journée de rencontre organisée par la PRTL (Pastorale Tourisme et Loisirs) le 30 mars.

Dès 10h ce samedi,une bonne quarantaine de personnes se retrouvèrent sur la commune de Boucieu le Roi, l’ancien et premier baillage royal ardéchois, village pittoresque et au riche passé. Le choix du lieu, ne tient rien au hasard. En effet c’est là que le bienheureux curé Pierre Vigne, s’installa et créa sa congrégation de religieuses au XVIIe siècle et construisit son fameux chemin de croix aux innombrables stations encerclant le village. Boucieu évoquait pour le saint homme une réplique idéalisée de Jérusalem.

La croix en ses représentations, croix en chemin, chemin de croix : Tel est le sujet que s’est proposé de développer le père Bonningues au cours de la matinée. Son propos s’est déroulé dès lors sur plusieurs axes de réflexion : "Croix en chemins" avec l’évocation de sa représentation in situ dans notre univers collectif et dans ses destinations patrimoniales. Ensuite l’orateur a disserté sur la signification et les origines du "Chemin de Croix". Les lieux saints étant devenus inaccessibles aux pèlerins des XVII/ XVIe siècles, il fut alors imaginé des répliques de l’original dans nos églises et nos campagnes. Il est d’abord la célébration de la Passion, sans prendre place dans la liturgie. Il comporte 14 stations, sauf à Boucieu (30+9). Aucun dogme ni aucune théologie n’ont posé de règles très définies des contenus précis des stations. Les chutes de Jésus ne sont pas évangéliques, autre exemple Véronique. Le conférencier usant de l’iconographie picturale a montré l’évolution de la représentation de la croix des premiers siècles à nos jours. En autre, il a décrit l’évolution de la vêture christique dans l’art. La physionomie du corps sur la croix est également multiple, influencée par les contextes historiques. L’après-midi a été consacrée à une longue promenade sur les traces du Père Vigne, il a été pris congé de sœur Marie José, merveilleuse hôtesse.

Jean-Marc Bernard

JPEG - 2.4 Mo