8ème rencontre des Familles à Philadelphie "L’amour est notre mission, la famille pleinement vivante"

Le Voyage du Pape François aux États-Unis s’est clôturé par la 8ème rencontre mondiale des familles à Philadelphie après des déplacements à Cuba, Washington et New York.

Les Américains étaient très présents, mais aussi les Asiatiques et les Africains, tous se disent déterminés à défendre le modèle de la famille voulu par Dieu et dicté par la loi naturelle.

Lors de sa rencontre avec les Évêques au séminaire St Charles Borromée, le Pape a annoncé que « pour l’Église, la famille n’est pas d’abord et avant tout une cause de préoccupations, mais plutôt la joyeuse confirmation de la bénédiction de Dieu sur le chef d’œuvre de la création ».

JPEG - 172.7 ko

Puis dans la rencontre avec les familles où 17.000 personnes ont pu suivre le Pape à travers des temps de catéchèse, de prières et de messes, nous noterons plusieurs paroles intenses pour les familles :

  • Le Pape François a demandé aux familles de « participer à l’effort de l’Église pour sauver la maison commune, en se montrant généreuses, attentives et aimantes, et en se positionnant contre le scandale de l’amour étroit. »
  • « La foi ‘‘fenêtre’’ à la présence et à l’œuvre de l’Esprit nous montre que, comme le bonheur, la sainteté est toujours liée à de petits gestes » a poursuivi le Saint-Père, des petits gestes qui sont ceux que nous apprenons à la maison, en famille et qui rendent chaque jour différent. Ces petites attentions faites par chaque génération, que ce soit un petit-déjeuner pour quelqu’un qui se lève tôt pour aller au travail, ou une bénédiction avant d’aller au lit, sont autant de petits signes quotidiens de l’amour. « Voilà pourquoi nos familles, nos maisons, sont de vraies Églises domestiques » a précisé le Pape.
  • Ces traces de Dieu dans les petits gestes doivent nous interroger sur le type de monde dans lequel nous voulons vivre a poursuivi François, qui s’est alors fait plus grave en reprenant des passages de son encyclique Laudato Si : « Notre maison commune ne peut plus tolérer des divisions stériles. Le défi urgent de sauvegarde de notre maison inclut l’effort de réunir la famille humaine tout entière dans la recherche d’un développement intégral et durable ».
  • « Une société se développe bien si elle se construit autour de la famille, sans oublier les difficultés rencontrées. On se dispute, des plats peuvent voler, les enfants peuvent provoquer des maux de tête. Mais dans la famille, il y a une lumière, parce que l’amour de Dieu nous a ouvert la voie. La famille est une fabrique d’espérance. Ne laissez donc pas une journée se terminer sans faire la paix »,
  • Avant de quitter les milliers de fidèles réunis à Philadelphie, le Pape François a tenu à rappeler deux éléments essentiels de la famille : les aînés et les enfants, tous deux devant « servir de guides » : « Les anciens sont la mémoire de la famille, ils transmettent la foi. Les enfants en sont le futur et l’espoir. Un peuple qui ne prend pas soin de ses ainés et de ses enfants n’a pas d’avenir, car sans mémoire et sans espoir, il ne peut aller de l’avant », a conclu le pontife argentin.

La 9ème rencontre mondiale des familles se tiendra en 2018 à Dublin, en Irlande, dans un pays marqué par une sécularisation accélérée.

Puis le Pape a remis à six familles de tous les continents un exemplaire de l’Évangile de Saint Luc connu comme « Évangile de la Miséricorde ».

Parmi eux, un couple de Marseillais représentant le continent européen, Sylvie et Christophe Davieau, parents de 4 enfants, sont responsables à Marseille, d’un lieu d’accueil dédié aux familles en difficulté de toutes origines et religions. Honorés, ils se disent particulièrement touchés par cette attention portée par le Saint-Père à la miséricorde.

Les autres familles à recevoir un exemplaire de l’Évangile de Luc viennent de Kinshasa en RDC pour le continent africain, de Sydney pour l’Australie-Océanie ; de Hanoi pour l’Asie, de la Havane pour l’Amérique. Une autre famille a été choisie, elle vient de Damas, la capitale syrienne, un territoire de souffrance pour les familles, et les familles chrétiennes.

(réalisé à partir des articles de Radio Vatican)