Fête paroissiale et départ de notre curé.

A l’occasion de la fête de la paroisse, les communautés de Saint Pierre et Saint Paul ont tenu a rendre hommage au Père Dominique Savio avant qu’il vogue vers d’autres missions.

Après une célébration festive, nous avons accompagné Le Père Dominique autour d’un apéritif et d’un repas.

Des animations musicales ont ponctuées cet après-midi bien sympathique.

Homélie du Père Christian Goudard
Vicaire Général du diocèse de VIVIERS

Les « au revoir » à quelqu’un que l’on aime, avec lequel on a travaillé, avec lequel des liens d’amitié se sont tissés sont toujours un moment difficile. On ne se sépare pas sans une légitime peine. Je suis bien sûr qu’il en est ainsi pour vous, aujourd’hui, au moment où votre père Dominique Savio vous quitte. D’abord pour retrouver sa terre natale et aimée. Puis pour rejoindre la paroisse Saint Benoit d’Aubenas.

Pour aller plus loin que notre peine qui doit demeurer toute chargée d’espérance, il nous faut regarder du côté des apôtres au moment où Jésus est emporté au ciel, sous leurs yeux. Les apôtres avaient vécu avec Jésus une proximité forte, une certaine forme d’intimité fraternelle, pendant les trois années de son ministère public. Ils avaient appris à apprécier et à aimer Jésus, à se mettre à l’école de leur maître, à entrer dans ses vues, dans ses projets. Jésus avait aussi appris à connaître et à aimer ceux qu’il avait choisi pour être avec lui et pour annoncer l’Evangile du Père. On peut donc imaginer, même si cela n’est pas dit explicitement, qu’au moment de l’Ascension, les apôtres aient pu partager les sentiments qui sont les vôtres aujourd’hui. Un signe de cela nous est donné : après avoir vu s’élever Jésus, les apôtres continuent de regarder vers le ciel, comme s’il n’en croyaient pas leurs yeux. Il faudra l’intervention d’un ange qui leur dira : « pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Celui qui vous a été enlevé reviendra ». Viendra alors pour les apôtres le temps de se redire les promesses de Jésus : « Je vous enverrai l’Esprit Saint, et il vous fera vous souvenir de tout ce que je vous ai dit ».

Voilà donc qui nous en dit long sur l’après séparation d’un prêtre que l’on a aimé, d’un prêtre qui, bien plus qu’un ami, était le Père de la communauté. C’est-à-dire celui qui rassemble la communauté autour de l’Eucharistie et de la Parole pour qu’elle puisse devenir une communauté féconde de foi, d’espérance et de charité divine. Pour qu’elle devienne le Corps de Jésus.

L’attitude des apôtres à l’Ascension nous dit que, si le prêtre s’en va, il reste présent d’une manière autre, mais bien réelle avec les siens. Dominique Savio quitte effectivement la communauté paroissiale. Mais bien plus que son souvenir, c’est sa présence qui demeurera. Il ne faudra pas se souvenir de ce qu’il a accompli au milieu de vous, entouré des différentes équipes ou conseils. Il faudra continuer de le redécouvrir présent et vivre encore et encore du message qu’il vous a laissé au long de ces années de présence parmi vous. Vous vous souviendrez des paroles bonnes qu’il vous a adressées. Vous vous souviendrez des enseignements qu’il vous a donné au long des homélies du dimanche. Vous vous souviendrez de l’affection qu’il avait pour chacun de vous. Vous vous souviendrez de sa joie de sa bonne humeur, de sa tendresse de Père. Tout ceci sera une nourriture pour vous, pour la route de demain. A travers ce souvenir qui sera présence, c’est l’Esprit saint qui vous sera donné pour bâtir encore la communauté paroissiale, pour aller les uns à la rencontre des autres, pour aller vers ceux qui souffrent, pour aller à la rencontre du monde et lui annoncer Jésus. Pas un souvenir empreint de nostalgie, mais la certitude que le Père Dominique Savio, à travers ce qu’il a accompli ici, vous accompagnera encore de sa présence.

Un prêtre va arriver. Vous lui réserverez le même accueil qu’au Père Dominique Savio. Vous l’aimerez dès la première rencontre avec lui. Vous lui montrerez que vous l’aimez. Un prêtre arrivant dans une paroisse part toujours à l’aventure. Il a besoin de comprendre qu’on l’aime et qu’avec lui on veut avancer. Toute la force qui est en vous et que Dieu vous a donné par le ministère du Père Dominique Savio, vous saurez la mettre au service du Père Olivier Que l’Eglise vous donne pour être votre Père. S vous avez besoin de lui, lui aussi aura besoin de vous : allez à sa rencontre !

Merci Père Dominique Savio, pour tout ce que tu as accompli ici ! Merci parce que tu as semé dans le cœur des enfants, des jeunes, des adultes. Merci parce que tu as été ici un Père aimant et aimé. Les paroissiens de Saint Pierre et Saint Paul garderont ta présence dans leur cœur. Et tu garderas chacun et chacune dans le tien, dans ta prière et ton affection. C’est comme cela que ce construit le Royaume. Il est déjà parmi nous ! Merci, Père Dominique Savio.

Ton Saint Patron, Père Dominique Savio, disait : « le Bon Dieu est un patron qui paie bien » ! Je ne doute pas qu’il t’aie bien payé au long du passage dans cette communauté. Tu pourrais dire tout ce qu’il a fait pour toi. Notre merci à Dieu rejoint le tien. Et juste avant de quitter ce monde, à l’âge de quinze ans, Dominique Savio disait : « Oh ! Que c’est beau ce que je vois… » Père Dominique Savio que c’est beau ce que tu vois ici aujourd’hui ! Des frères et sœurs qui t’entourent, une communauté à la construction de laquelle tu as apporté ta pierre. Et devant l’autel, tout à l’heure, tu verras Jésus que tu tiendras dans tes mains ! Lui à qui tu veux encore donner ta vie, là où tu vas. « Oh, que c’est beau ce que je vois «  ! A la prière de Dominique Savio, Père et frère, continue à voir ce qui est beau et continue de travailler à le donner.

Je vous dit ’Au revoir’

« Il y a un temps pour tout : un temps pour semer et un temps pour récolter, un temps pour arriver, et un temps pour partir ».

Au terme de mon séjour de quatre années parmi vous, c’est avec émotion que je prends la parole pour vous dire au revoir.

Partir, se quitter, c’est laisser le cœur s’émouvoir, mais c’est aussi l’ouvrir à des lendemains pleins d’espoir. Bien plus, partir c’est un renouvellement de soi pour poursuivre sa route, forts des expériences acquises. C’est pourquoi j’accueille ce moment comme occasion de rendre grâce d’abord à Dieu et dire merci à mes responsables hiérarchiques ici représentés par le Vicaire Générale Christian Goudard, non seulement pour l’opportunité qu’ils m’offrent de m’ouvrir à de nouveau horizons mais aussi pour la confiance qu’ils m’ont faite en me confiant la responsabilité de la paroisse Sts Pierre et Paul pendant 4 ans. Je ne sais pas si j’ai été à la hauteur de la tâche, c’est à eux de le dire. Ce que je sais c’est que j’ai été très heureux.

Heureux d’avoir été le premier curé africain aux Vans et dans l’histoire de la communauté paroissiale juste à un moment ou la commune a accueilli des migrants dont la majorité est africaine.

Heureux d’avoir rencontré une autre culture et des gens qui m’aiment et mon soutenus dans ma mission de prêtre Fidei Donum.

Heureux d’avoir vécu l’expérience de la solitude du prêtre qui vit seul et non en équipe comme chez nous.

Heureux d’avoir vécu et partager la souffrance et la solitude de beaucoup de personnes qui malgré tout garde la foi et l’espérance.

Oui je suis heureux aujourd’hui de pouvoir vous dire que mon séjour parmi vous fut riche d’expériences humaines, pastorales spirituelles et sacerdotales. Je me suis senti bien accepté, accueilli, intégré et soutenu dans ma mission. Je ne le dis pas par complaisance mais sincèrement.

Un proverbe africain dit « la bouche pleine de farine ne peut parler ». Ainsi donc, à vous tous membres de la communauté paroissiale, collaborateurs et amis, qui m’avez aidé à grandir, je vous prie de trouver dans ce mot « merci » chargé de toute mon affection et amitié, le balbutiement de mon estime et de ma grande reconnaissance pour ce que vous avez été pour moi.

En de pareilles circonstances, il est de coutume de ne pas citer des noms de peur d’en oublier, mais permettez moi de déroger à la règle en citant quelques noms, sachant que si j’en oubliai, je serai pardonné.

Un merci particulier au Père Jo Charaix et à Bruno Debray, mes deux confrères dans le sacerdoce qui m’ont beaucoup épaulé dans ma charge de curé. Merci au Père Pisalis Armand pour ses services, sa présence discrète et pastoralement efficace du côté de Malbosq.

Je saisi l’occasion pour rendre hommage et dire un merci particulier à Michel Paris notre ancien trésorier rappelé à Dieu en avril dernier et à tout ceux qui ont consacré une partie de leur vie au service de communauté paroissiale et qui sont maintenant là haut.

Merci à tous mes proches collaborateurs : les membres de l’EAP, du CPP, du Conseil économique, du secrétariat et du notariat sans qui la tâche administrative et pastorale confiée serait difficile.

Merci à tous les membres des structures paroissiales dans leur composante. Les service de la liturgie et les chants, la pastorale de la santé, la catéchèse, l’équipe de préparation au baptême, la pastorale des funérailles, l’équipe des animateurs et la pastorale des jeunes du secteur que j’ai eu une immense joie à accompagner, etc…

A tous les élus (maire, conseillers…) de la communauté de commune, Monsieur Manifacier Jean-Paul et tous ses collaborateurs je dis merci. Merci pour votre bienveillance et franche collaboration. Merci pour ces moments d’échange et de convivialités lors des vœux de bonne année ou d’autres évènements importants dans vos communes.

Merci au pasteur Pierre Vercier et à son épouse, à Olivier et à Elisabeth Belval ainsi qu’à toute la communauté protestante pour le bout de chemin réalisé ensemble dans l’œcuménisme.

Merci à tous les bénévoles qui discrètement mais efficacement se dévouent chaque jour pour l’entretien de nos lieux de culte et assure la propreté des nos structures.

Merci à toutes les familles et amis qui m’ont invité, qui pour un temps de partage, qui pour un repas. A toutes mes mères nourricières qui se sont soucié de mon équilibre alimentaire.
Vous avez dû constater que malgré vos efforts, je n’ai pas plus grossi qu’avant. Chez nous on dit « que vous avez beau tremper le bois dans l’eau, il ne deviendra pas caïman », je suis désolé, ce n’est pas votre faute, vous avez fait de votre mieux, c’est ma nature.

Je voudrais remercier chacun de vous personnellement et vous dire combien j’ai été heureux d’être avec vous, auprès de vous.

Je voudrais aussi avant de conclure vous demander à tous pardon. Pardon pour tout ce que j’ai mal fait, ou ce que j’aurais pu faire certainement beaucoup mieux. Pardon pour toutes les fois où mes limites humaines ont pu blesser ou disperser. Oui pardon, pardon, pardon..

Je pars avec le souvenir de tous vos visages et le cœur rempli de tous ces moments passés ensemble.

Je pars confiant, que ceux qui viendront après moi vous aideront à poursuivre le chemin de Dieu dans la paix et la fraternité.

Merci au Père Jean Charles qui me remplace pour assurer la transition.

A ceux qui me demandent comment ça va aux Vans, j’aime souvent répondre « aux Vans ça avance » Oui dans notre paroisse Saint Pierre et Paul on avance. Continuez donc à avancer au large, dans la dynamique pastorale de notre Père évêque pour jeter le filet.

Continuer à avancer avec persévérance pour passer à l’autre rive : rive du renouvellement dans nos relations avec Dieu, rive du renouveau dans l’accueil, la fraternité et le partage. Rive de l’ouverture et de la rencontre de l’autre dans la différence, rive de l’unité et de la cohésion.

Et que Dieu vous bénisse
Père Dominique Savio MEDA