Communautés locales

Les douze clochers de nos quinze communes

Communauté des Ollières

Les Ollières, autrefois paroisse Saint François Régis
Saint Régis (fêté le 16 juin) né à Fontcouverte (Aude), le 31 janvier 1597, Jean-François Régis entre chez les jésuites et se met au service de la parole de Dieu. L’été il catéchise et secourt les pauvres au Puy. L’hiver il parcourt les campagnes du Vivarais, du Velay et du Forez, jusqu’au bout de ses forces. Il meurt à La Louvesc, le 31 décembre 1640, où son tombeau devient un lieu de pèlerinage.
Saint Fortunat et Dunière, autrefois paroisse Saint Fortunat
Saint Fortunat (fêté le 23 avril) diacre et disciple de St Irénée, premier évêque de Lyon, il serait, selon la légende, membre du groupe des premiers évangélisateurs de la région de Valence, avec ses compagnons le prêtre Félix et le diacre Aquillée, et il subit avec eux le martyre à la fin du deuxième siècle.
Saint Vincent de Durfort, autrefois paroisse St Vincent
Saint Vincent (fêté le 22 janvier), né à Huesca, en Espagne, diacre de l’évêque de Saragosse, Valère, il est traduit en même temps que ce dernier devant le gouverneur romain, à Valencia, pendant la persécution de Dioclétien (304 ou 305). Vincent répond à l’interrogatoire et subit de nombreuses tortures. Il sera le premier martyr d’Espagne. Il est le patron des vignerons et du diocèse de Viviers.

Communauté de Saint-Pierreville

St Pierreville, autrefois paroisse Saint Pierre aux liens
Saint Pierre aux Liens (fêté autrefois le 1er août), pêcheur du lac de Tibériade, Simon est un des premiers appelés par Jésus pour former le groupe des Douze. Jésus lui donne le surnom de "Pierre" car il sera la pierre de fondation de l’Église. L’appellation "Saint Pierre aux Liens" renvoie au récit des Actes des Apôtres qui raconte l’emprisonnement de Pierre et sa délivrance miraculeuse par un ange :"les chaînes tombèrent de ses mains". Le tableau du maître-autel de l’église de St Pierreville représente cet épisode. Pierre meurt martyr à Rome, probablement crucifié vers 64, sous le règne de Néron. La basilique du Vatican a été édifiée sur son tombeau.
Issamoulenc, autrefois paroisse de la Nativité de Marie (fêtée le 8 septembre).
Nul n’est besoin de présenter Marie de Nazareth, fiancée à Joseph le charpentier, et que Dieu a choisi pour être la mère de son Fils. Si la fête de son assomption, le 15 août, est la plus populaire, de nombreuses dates dans l’année sont associées à la mémoire de la Vierge Marie. La paroisse d’Issamoulenc était autrefois placée sous le patronage du "Saint Nom de Marie". Cette fête célébrée le 12 septembre ayant disparu du calendrier liturgique en 1970, c’est à la nativité de Marie, le 8 septembre, qu’est dédiée la paroisse d’Issamoulenc.
St Julien du Gua, autrefois paroisse St Julien
Saint Julien (fêté le 28 août) né à Vienne, militaire dans l’armée impériale, il s’enfuit en Auvergne après sa conversion. Il y est poursuivi et décapité en 304. Son corps est enseveli à Brioude qui deviendra au Moyen Age un centre important de pèlerinage. Le culte de St Julien est très répandu dans le centre de la France : plus de 300 églises sont placées sous son patronage.
Marcols les Eaux et Albon, paroisse St Julien avant la révolution, puis la séparation des deux communes en 1912. Marcols et Albon ne formaient qu’une communauté appelée St Julien d’Orcival
Gluiras, autrefois paroisse St Apollinaire
Saint Apollinaire fêté le 5 octobre) né vers 453 à Vienne, Apollinaire devient évêque de Valence. Défenseur de la cité, ardent témoin de la foi catholique face à l’hérésie arienne qui niait la parfaite divinité du Christ, missionnaire auprès des barbares, il participa activement au concile d’Epaone qui, en 517, réorganisa l’Église après les invasions burgondes. Le diocèse de Valence s’est placé sous son patronage.
St Genest-Lachamp, autrefois paroisse St Genest
St Genest (fêté le 25 août) greffier public à Arles, au début du 4e siècle, il se convertit en jouant une parodie de baptême. Plus tard, il est décapité pour avoir refusé de transcrire des actes ordonnant la persécution des chrétiens. Il est enseveli au cimetière des Alyscamps à l’emplacement où s’élève l’actuelle basilique St Honorat (12e siècle).

Communauté de Saint-Sauveur

St Sauveur de Montagut, autrefois paroisse St Marc
Saint Marc (fêté le 25 avril). Le nom de Marc est en réalité le surnom grec d’un juif de Jérusalem appelé Jean. Les Actes des Apôtres le montrent accompagnant Paul dans son premier voyage missionnaire (50). Plus tard (60-62), on retrouve Marc à Rome aux côtés de Pierre dont il recueillera le témoignage pour rédiger son Évangile, le premier à avoir été écrit, dans un grec simple, direct, populaire. Une tradition invérifiable fait de Marc le fondateur de l’Église d’Alexandrie où il serait mort martyr sous Trajan (vers 100). Les chrétiens d’Egypte se considèrent toujours comme ses descendants spirituels. Ses reliques ont été emportées à Venise en 815 ; c’est ainsi que cette ville s’est mise sous son patronage et a adopté pour emblème le lion, symbole de St Marc.
St Etienne de Serres, autrefois paroisse St Etienne
Saint Etienne (fêté le 26 décembre). Les Actes des Apôtres nous le présentent comme faisant partie des sept diacres désignés par la première communauté chrétienne pour soulager les apôtres et veiller notamment à une répartition équitable des biens. Inquiet de la puissance de sa prédication, le Grand Conseil Juif le traduit devant lui. Il meurt lapidé, en demandant le pardon de ses bourreaux, devenant ainsi le premier chrétien à donner sa vie pour le Christ.
St Michel de Chabrillanoux et St Maurice en Chalencon, autrefois paroisse St Michel
Saint Michel (fêté le 29 septembre) l’un des trois archanges. Son nom signifie en hébreu "Qui est comme Dieu ?", rappelant ainsi la transcendance divine. Il nous apparaît dans le livre de Daniel et dans l’Apocalypse de Jean comme le vainqueur du démon. Il est aussi représenté comme celui qui pèse les mérites de chacun à l’entrée du Ciel.