L’ANNEE SAINTE DE LA MISERICORDE, Franchir la PORTE SAINTE Père Christian Goudard

Notre Pape François fait à l’Église le cadeau de cette Année Sainte de la Miséricorde. Une année pour mieux comprendre que Dieu est le Miséricordieux, c’est-à-dire celui qui aime comme personne n’aime. Celui qui nous invite à nous aimer nous-mêmes comme Il nous aime et à aimer le prochain comme Il l’aime.

Pour marquer le début de cette Année, le Pape François a ouvert la Porte Sainte de la basilique Saint Pierre à Rome, celle que les Papes ouvrent à chaque année sainte. C’était le 8 décembre dernier. Et il la refermera le 20 novembre 2016, fête du Christ-Roi, et dernier jour de l’Année Sainte.

A l’invitation du Saint Père, chaque Évêque a également ouvert une Porte Sainte à la cathédrale de son diocèse. Chez nous, en Ardèche, c’était le samedi 12 décembre 2015.
Et notre Évêque, Mgr Balsa a invité chaque paroisse à vivre la même démarche. Ici, à la paroisse Notre Dame des Boutières, la Porte Sainte sera ouverte à L’Église du Cheylard le 10 février 2016, Mercredi des Cendres, jour de l’entrée en Carême, au cours de la Messe Paroissiale, célébrée à 18H pour les trois communautés locales.

Mais pourquoi ouvrir une Porte Sainte ? Franchir la Porte Sainte, que ce soit à Rome, à Viviers, en d’autres lieux jubilaires définis par l’Évêque en notre diocèse ou bien dans sa paroisse, c’est dire son désir de vivre notre Foi chrétienne, inaugurée au Baptême, de manière plus neuve, avec la conviction que Dieu nous aime et nous soutient sur ce chemin de renouveau dans la relation à Dieu et au prochain, dans l’engagement pour témoigner de la Foi au cœur de ce monde

Quel intérêt y-a-t-il à franchir la Porte Sainte ? Le Pape François accorde à ceux qui franchiront la Porte Sainte l’indulgence plénière (explication en fin de texte). Pour gagner cette indulgence plénière (« gagner », car il s’agit d’un « plus » pour la vie de foi), le Pape demande que l’on participe à la Messe, que l’on reçoive le pardon de ses péchés dans le sacrement de la Miséricorde (confession), qu’en union avec tous les chrétiens, on dise le « Je crois en Dieu », que l’on prie avec lui à toutes ses intentions, et que l’on fasse quelque chose pour soutenir le prochain en difficulté.
Dans notre paroisse, la Porte Sainte se trouve à L’Église du Cheylard, choisie comme lieu centre par notre Évêque. L’Équipe d’Animation Paroissiale a choisi de faire ouvrir cette Porte sur les fonts baptismaux réaménagés (placés à l’entrée de L’Église). Elle sera bien signalée. N’hésitez donc pas à la franchir, à prendre un temps de prière près des fonts baptismaux, (un livret conduira votre démarche) avant de quitter cet espace en ayant la certitude intérieure que Dieu, le Miséricordieux, vous aura visité, purifié et fortifié dans votre foi et votre désir de servir.

Quand franchir la Porte Sainte ? A tout moment de la journée, à tout moment de l’année !
Que ce soit un bel acte de foi et une vraie démarche qui invite à vivre le baptême de manière toujours fidèle.

Qu’est-ce que l’indulgence plénière, accordée avec le franchissement de la Porte Sainte ? La définition officielle : « c’est la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés déjà pardonnés. » Expliquons…

« Quand nous recevons le pardon tous nos péchés sont pardonnés par le Christ qui agit dans le ministère du prêtre. Mais notre péché a laissé des séquelles qui ont besoin d’être purifiées. C’est cette purification que nous donne l’indulgence plénière, afin que nous soyons pleinement renouvelés. Nous sommes pardonnés absolument, mais les séquelles, qui sont la conséquence du péché, doivent être guéries pour que nous soyons pleinement ouverts à Dieu et à sa grâce, et que Dieu puisse nous faire vivre complètement de cet état nouveau donné par le sacrement.

L’indulgence, en enlevant les conséquences négatives que le péché a produites en nous, nous rend plus généreux, nous redonne la possibilité de vivre un vrai départ dans notre vie d’enfant de Dieu. Les conditions énoncées précédemment pour recevoir l’indulgence sont donc l’affirmation de notre volonté de conversion. Elles manifestent notre foi en l’abondance de la miséricorde de notre Dieu. Le Seigneur est capable de tout reprendre, Il est capable de tout renouveler, Il est capable, par une indulgence totale, de nous recréer, de renouveler notre cœur, pour poursuivre notre pèlerinage vers Lui.

Franchir la Porte Sainte est un acte de foi dans la victoire du Seigneur en nous et un nouveau départ dans la grâce de notre baptême. »