DES PAGES QUI S’ECRIVENT ET SE TOURNENT… Juillet 2010

La page de l’été semble se donner à lire… Nous avons connu les rigueurs d’un hiver qui avait su s’installer. Si bien que le printemps n’a pas franchement osé prendre la relève. Avec l’été, ensoleillé nous l’espérons, ce sont les rencontres en tous genres qui pourront prendre une autre allure : il fera bon bavarder jusque tard le soir entre gens de la montagne comme avec nos amis de l’été. Ce sera pour tous comme une vraie source rafraîchissante. Comme l’eau vive de l’Evangile.

Une autre page du livre de la vie s’offre à nous : cet été, des couples choisissent le mariage chrétien. Dieu s’installe dans leur vie de foyer. Par leur amour mutuel vécu jour après jour, ils seront le signe que Dieu aime ce monde et veut son bonheur. C’est vrai, notre monde est aimé de Dieu !

Tous ces mois s’écrit aussi la page des commencements : de nombreux baptêmes sont célébrés ici ou là. Des enfants naissent à la vie de Dieu. Ils deviennent fils ou fille du Père, frères ou sœurs de Jésus, maisons de l’Esprit-Saint et membres de la famille des chrétiens, l’Eglise ! Dieu vient habiter en eux… Quelle merveille ! Toute une vie qui va pouvoir être tournée vers Dieu tout en étant tournée vers les autres. Parents, parrains et marraines sauront être éducateurs de la Foi : les enfants ont besoin d’eux, et de nous tous pour l’Aventure de la rencontre avec l’amour de Dieu et du prochain.

Beaucoup d’autres pages s’écrivent et se tournent : il y a, par exemple, les jeunes qui viennent de vivre un examen ou un concours Il y a les réussites. Il y a les échecs. Joie pour les admis, déception pour les recalés. Mais l’essentiel n’est-il pas que chacun ait donné le meilleur de lui-même ? Et une vie ne se résume pas à un résultat d’examen : elle se résume sans doute à l’ardeur de chacun à donner tout ce qu’il peut au fil des années de sa vie. Une vie réussie, c’est d’abord avancer jour après jour courageusement et travailler de bien des manières à l’avènement d’un monde meilleur.

Au long de nos existences, il y a encore des pages qui s’écrivent : elles peuvent être source de joie, d’espérance, quand elles conduisent à toujours plus d’amour accueilli et partagé. Il y a aussi les pages douloureuses : une santé déficiente, tant de blessures de toutes sortes qui abîment et déforment et font souffrir. Accepter tout cela n’est pas toujours chose facile. S’il n’y a pas le soutien d’un autre, elles risquent bien de donner un mauvais pli définitif et faire naître amertume ou rancœur. Le soutien fraternel est capital pour aller plus loin, malgré tout.

Terminons sur une toute dernière page du moment : la défaite de nos « bleus » en coupe du monde de foot ; la défaite d’une certaine manière de faire équipe… Mais défaite ouverte sur une grande espérance si chacun veut bien voir les choses autrement et se remettre en route. Changer son cœur, dirait la Bible.

C.G.