JOURNEE DE LA FEMME avec l’Action Catholique des Femmes d’Ardèche, autour du message du pape François : « Laudato si » 5 et 6 mars 2016

Le samedi 5 mars 2016 à Labégude (Paroisse St Roch en Pays de Vals) une soixantaine de femmes en ACF se sont retrouvées afin de se sensibiliser au grave et très urgent problème de la survie de notre planète.

JPEG - 6 Mo

En effet comme nous l’a démontré Gabriel Lorenzati, consultant en environnement, à travers les multiples indicateurs environnementaux, notre planète ne se porte pas bien du tout.

JPEG - 5.4 Mo

La pollution n’est pas unique mais complexe et ne se résume évidemment pas au réchauffement climatique. La pollution de l’eau par exemple est très inquiétante : 450 zones mortes recensées dans le monde ! Un septième continent de déchets, six fois grand comme la France au milieu de l’océan Pacifique ! Mais aussi : perte de 70 % de la biodiversité dans le monde, épuisement des ressources naturelles, trou de la couche d’ozone déplacé mais toujours présent, pluies acides …la liste est longue avec ses conséquences désastreuses.

JPEG - 6.3 Mo

Alors que faire ? On ne peut et ne doit pas revenir en arrière : « arrêter le développement humain pour préserver l’environnement ce serait comme avoir une très belle maison avec des habitants malheureux ».

Le pape par son Encyclique nous appelle à réfléchir sur ce qui se passe dans notre maison commune et à nous demander à chacun la contribution qu’il peut apporter. Il nous propose d’adopter une écologie globale avec responsabilité sociétale : « La technologie liée aux secteurs financiers (…) est ordinairement incapable de voir le mystère des multiples relations qui existent entre les choses et par conséquent résout parfois un problème en en créant un autre », « (…) il est fondamental de chercher des solutions intégrales qui prennent en compte les interactions des systèmes sociaux », « la protection de l’environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolement » (voir ch. 4 de l’encyclique, plus précisément art. 138 à 141).

Comme nous le dit le pape et comme nous l’a démontré notre intervenant : Il faut penser global pour agir local : ceci pour un développement durable : le bien être de la société ne peut se vivre que pour quelques-uns, au risque de déséquilibrer toute la planète (famines, guerres, migrations).

Odile Faure, du CCFD, est venue nous le confirmer en nous présentant la campagne de Carême de ce mouvement attaché à cette idée de développement pour tous.

Le repas préparé et partagé par toutes les femmes en ACF l’a prouvé on peut manger bon et bio !

L’après-midi a été festive mais toujours instructive grâce à « Le Pistil », un des derniers fabulistes français, (un jeune du terroir, puisqu’ardéchois !) qui nous a présenté son spectacle « Mais c’est où les freins ? » faisant passer un message écologique très fort à travers ses fables hilarantes mais pleines de bon sens.

Enfin, un temps de recueillement a clôturé notre belle journée par le partage de l’évangile de St Matthieu 6, 24-34 commenté par notre aumônier diocésain, le père Noël Cellier, puis par la « prière pour notre terre » du pape François et la projection d’un joli diaporama du Cantique des créatures de Saint François d’Assise.

Comme pour la promesse d’un avenir meilleur pour notre terre, chacune est repartie chez elle avec quelques bulbes de fleurs à planter et cette conviction : « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants » (Saint-Exupéry).