Inauguration de la Bibliothèque historique du diocèse

Vendredi 23 septembre au soir, Le grand Séminaire et la Bibliothèque a vu une influence importante du rez de chaussée à la grande bibliothèque du diocèse.

Pourquoi ?

Celle qui fut nommée La belle endormie… est sortie de sa torpeur. Cette très vielle dame née dans la seconde moitié du XVII° est entrée en sommeil vers 1924. Après la fermeture du séminaire en 1973, le sommeil a été encore plus profond. Elle était juste dérangée de temps en temps par des porteurs de cartons (dons de prêtres) qui les entassaient dans ses flans.


Mais depuis 2006… fini le sommeil !

Les chantiers d’été ont balayé la poussière, tous les livres ont été secoués, les étagères nettoyées. ont été évacué les hôtes indésirables (cadavres de pigeons)… démontées les étagères rajoutées, enlevés tous ces cartons de livres qui ont reçu une nouvelle destination..
Puis on a commencé à faire l’inventaire : cataloguer les livres, et grand bouleversement passer des petites fiches cartons avec quelques renseignements au catalogage informatique. Quel choc pour cette "hibernatus". Les reliures ont commencées à être nettoyées.
Au cours de ces 5 années il a fallu aussi la protéger des intempéries : refaire les fenêtres, le plafond, l’électricité. bientôt son sol va être restauré, les armoires repeintes.

Mais la grande dame un peu diva ne se lasse pas des cris d’admirations proférés par ceux qui y entrent pour la première fois. Elle apprécie toutes ces transformations qui sont à son avantage :
préférant sentir la cire, que la poussière ;
entendre les acclamations de louange aux éternuements provoqués par la poussière ;
apprécier l’admiration provoquée par la vue sur les toits de Viviers plutôt que les vitres en film plastique qui ne laissaient rien voir…


Cette belle dame est heureuse de savoir que ses livres pourront être examinés par des chercheurs.

Au fil des étés elle s’est aussi habituée avec les membres des chantiers à avoir un public varié qui s’occupait d’elle : étudiants, professionnels du livre, retraités, garçons et filles… Mais tous admiratifs.

Des noms qu’elle n’avait plus entendu prononcer retentissent : Mr Olier, Mgr de la Beaume de Suze, M. Vernet, Louis de Contagnet,… qui par leur dons et leur volonté l’ont créée.

Elle apprend des noms nouveaux : Michel Martin et Manuel Tramaux qui dès 2006 ont lancé le projet, Marie-Jo Gay responsable de la bibliothèque historique, Jacqueline Le Diguer’her responsable des bibliothèques du diocèse…
Michel Bonnet qui œuvre pour obtenir les financements, Paul Faure qui veille à sa santé (en orchestrant les travaux)
Sans oublier tous les membres des équipes des chantiers qui viennent la visiter chaque été

Mais tout ce réveil n’aurait pas été possible sans Mécènes et donateurs. Et Vendredi soir elle était flattée d’apprendre que des personnes venaient non seulement de toute l’Ardèche, et de la Région pour l’admirer… Mais même de Paris…

Qui était invité ?

Outre les Fondations , et Entreprise Mécènes, il y a eu de nombreux autres donateurs.}}}

D’autre part le produit des ventes de soutien d’ouvrages régionaux (ne venant pas de la Bibliothèque historique) lors de colloques, ou journées sur l’Ardèche… A été aussi une aide appréciable.

Cette « inauguration » était une occasion pour remercier toutes ces personnes, sans qui ni les travaux de la remise en état de la
bibliothèque, ni les chantiers d’été n’auraient été possibles.

Par la suite il n’est pas exclu que la bibliothèque soit ouverte lors de
journées du patrimoine,….

historique Bibliothèque
Article du DAuphiné LIbéré du 26 sept 2011

Ce qui s’y est vécu ?

Dès 16 h la visite de la grande bibliothèque. Et les différents ateliers des chantiers d’été : tri des livres, catalogage papier, saisie informatique, nettoyage des reliures…. Durant ce temps un power-point était présenté présentant la bibliothèque et ses collections.
A 18 h ce fut les allocutions. i
LE P Blondel salua le travail réalisé, et l’importance de ce joyau.
Puis des mécènes expliquèrent pourquoi ce projet avait retenu leur attention, un d’entre eux soulignait que dans leur comité siégeait Bernard Pivot et que celui-ci avait dit "je ne pourrai jamais m’opposer à la restauration d’une bibliothèque".
La rencontre se terminait par un cocktail, où tout le monde a pu saluer le savoir faire du personnel de la cuisine de la maison diocésaine.

les pages dédiées à la bibliothèque