Le Bienheureux Pierre Vigne

Le Père Pierre VIGNE a été béatifié par le Pape Jean Paul II le dimanche 3 octobre 2004 à Rome, place St Pierre.

Qui est Pierre Vigne ?

Pierre VIGNE, un pur Ardéchois, né à Privas, le 20 août 1670, dans une famille de commerçants. Il est leur cinquième enfant, mais seuls trois échapperont à la mortalité infantile, si fréquente à cette époque.

L’enfance de Pierre Vigne semble sans histoires et pourtant, selon une tradition ancienne, l’adolescent aurait abandonné sa foi catholique. Un jour, alors qu’il se rendait à Genève, il aurait croisé un prêtre portant le Saint Sacrement et aurait refusé de le vénérer. Son cheval se serait alors cabré et l’aurait précipité à terre. Ce fut pour Pierre une expérience décisive : il se convertit aussitôt et changeant de route, il partit pour le séminaire de Viviers.

Cette aventure est peut-être en partie légendaire, mais elle rend parfaitement compte de ce qui sera au cœur de la spiritualité de Pierre Vigne : sa dévotion eucharistique. Cette tradition, transmise au fil des siècles, explique parfaitement l’itinéraire du Bienheureux : saisi par Dieu, il lui consacre toute sa vie, à travers son ministère de prêtre, son engagement missionnaire et la fondation de la Congrégation du Saint-Sacrement.

Ordonné prêtre à Bourg-Saint-Andéol, le 18 septembre 1694, il est nommé vicaire à Saint-Agrève. En 1700, il entre chez les Lazaristes, l’ordre fondé par saint Vincent de Paul, où il prêche des missions, de Lyon à Béziers, pendant cinq années. Il réintègre alors le clergé diocésain et on le retrouve aux Ollières, à Saint-Fortunat, entre autres. On pense à lui pour la cure de Privas, mais il n’ira jamais.

En effet, en 1712, il arrive à Boucieu-le-Roi et il est séduit par le charme des lieux ; le vallon, les collines, tout lui évoque Jérusalem. Il décide d’y édifier un grand Chemin de Croix. Aujourd’hui encore, les Ardéchois et les Drômois viennent en nombre, le Vendredi Saint, participer au Chemin de Croix de Boucieu.

En 1713, une jeune fille de Nozières vient demander à Pierre Vigne des conseils sur une éventuelle vocation. D’autres la suivront bientôt….

Infatigable, Pierre Vigne continue ses missions dans les villages les plus écartés. Il est reconnu comme un grand prédicateur de la Miséricorde de Dieu et il passe des heures à confesser, à diriger les fidèles, à les instruire. Il n’oublie pas de favoriser l’éducation des jeunes gens et il s’efforce de soulager les misères. Sa charité est sans limite : il donne tout ce qu’il possède, il court au-devant des malades, comme en cette année 1722 où il va soigner les habitants de Rochepaule frappés par la peste.

Il meurt le 8 juillet 1740, au cours d’une mission, à Rancurel, dans le Vercors. Une foule accompagne son corps jusqu’à Boucieu où il est inhumé dans l’église paroissiale.

Le grand chemin de croix ou « le grand voyage »

« Le grand voyage » à Boucieu le Roi, c’est plus qu’un chemin de croix. Il veut remplacer les pèlerinages à Jérusalem qui sont trop onéreux et difficiles à l’époque. Pierre VIGNE a découvert ce site de Boucieu le Roi et y a trouvé des similitudes avec Jérusalem. Il a voulu en faire une catéchèse pour les gens de la région.

Avec eux, il a construit en 9 mois 39 petites chapelles, tout au tour de l’église mais aussi à travers la montagne. Chaque construction est un petit sanctuaire, bâti en pierre, recouvert d’une centaine de tuiles, et fermé par une porte grillagée. A l’origine, à l’intérieur, des peintures retraçaient l’histoire du Christ et du début de l’Eglise, depuis le dernier repas de Jésus avec ses amis, jusqu’à la Pentecôte. Aujourd’hui ce sont des sculptures qui ont remplacé les peintures.

C’est un parcours d’initiation chrétienne, de contemplation, de lien avec la nature, de conversion et de marche avec Jésus et sa mère.

En 1713, une certaine Marguerite de Nozières offre ses services au père Vigne pour accompagner les pèlerins sur ce parcours et l’expliquer. C’est ainsi que naîtra la communauté du Saint Sacrement.

Voir aussi : Le Grand Voyage

De Boucieu à Burzet

Pierre VIGNE ne s’est pas contenté de réaliser le grand chemin de croix de Boucieu le Roi. De mars à juin 1715, il prêche une mission à Burzet et il en profite pour restaurer le chemin de croix qui existait déjà et qui comporte 32 stations. Des liens se sont crées entre Pierre Vigne et Burzet ; en effet des écrits témoignent de collectes et de dons qu’il a fait à l’église de Burzet.

La Congrégation des Sœurs du Saint Sacrement

Le 30 novembre 1715, Pierre Vigne remet la croix et l’habit religieux à sept jeunes femmes rassemblées pour accompagner les pèlerins au long du « Voyage du Calvaire ». Elles ont décidé, depuis plusieurs mois, de mener ensemble une vie de prière et de charité. D’autres les rejoignent bientôt. Elles s’occupent aussi d’instruire les enfants du village.

Les premières « Sœurs du Saint Sacrement » prononcent leurs vœux le 8 septembre 1722. Dès lors la Congrégation se développe jusqu’à déborder largement le Vivarais vers la Provence et le Dauphiné.

La Révolution française (1789) disperse les sœurs, mais elles poursuivent clandestinement leurs œuvres de charité. C’est à Romans, à partir de 1804, que la Congrégation peut se réorganiser après la tourmente. Les lois anti-cléricales de 1901 en France, obligent les soeurs à se retirer de 56 écoles et hôpitaux. Cinq ans plus tard, il faut quitter Romans. La Maison Mère est transférée à Valence, où elle est restée depuis.

Actuellement, les 44 communautés de la Congrégation sont implantées en Europe (France, Italie, Angleterre, Irlande, Espagne), en Amérique Latine (Brésil), et depuis 2004 en Afrique (Tanzanie).

Pour en savoir plus : Congrégation du Saint Sacrement