Message de Mgr Jean-Louis BALSA, évêque de Viviers, aux catholiques de l’Ardèche pour l’ouverture de l’année sainte de la Miséricorde Distribuée lors des messes des 28 et 29 novembre 2015

« AU NOM DE JESUS DE NAZARETH : LEVE-TOI ET MARCHE »
(Actes des Apôtres 3, 6)

Chers amis qui, comme moi, êtes pécheurs,

Le jour de mon ordination qui a fait de moi votre évêque, je me suis adressé à votre conscience pour vous inviter, à l’appel du Pape François, à venir recevoir la Miséricorde de Dieu, le 12 décembre prochain à la cathédrale de Viviers.

Maintenant que ce jour de grâce approche, je m’adresse humblement encore à vous, enfants, jeunes et adultes, ici dans l’Ardèche ou ailleurs, qui portez dans votre conscience la mémoire souffrante de grandes blessures, de crimes, de vols, d’adultères, d’avortements, d’insultes à la vie, d’infidélités, de tricheries, de mensonges.

Vous qui au fond de vous-même avez honte, vous qui n’avez jamais osé dire les abîmes obscurs de votre vie, vous qui êtes dans toutes sortes de prisons par le mal que vous avez fait ou le mal qu’on vous a fait, vous qui n’arrivez pas ou plus à pleurer, le temps est venu de laisser le Christ vous pardonner.

Et vous qui avez la chance de ne pas avoir été touché par le mal ou de ne pas l’avoir provoqué, le Christ vous regarde et vous aime comme il a aimé et regardé le jeune homme riche.
Approchez-vous aussi pour recevoir son pardon et l’appel qu’il vous fait à le suivre. (Mc 4, 21)

Vous voulez savoir si Dieu vous aime ?
Regardez Jésus-Christ : son amour pour vous est plus grand que ce qui vous a séparé de lui, lui qui n’avait aucune raison de s’approcher de vous.
En entrant dans la mort par la croix, Jésus a franchi ce fossé de mort qui vous avait éloigné de Dieu, pour vous rejoindre.
Et comment pouvez-vous prendre conscience de l’importance de votre péché si ce n’est qu’en ressentant d’abord que Dieu vous aime infiniment. (Rm 5, 20)
Rappelez-vous de l’homme à côté de qui Jésus mourait ; je prie que votre coeur dise comme cet homme : « nous avons ce que nous méritons, mais lui n’a rien fait de mal. Et il disait : Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » (Lc 23, 41-42)

Le 12 décembre à Viviers, je marcherai le premier avec vous dans la cathédrale pour ouvrir et passer la Porte sainte, et j’irai avec vous vers nos prêtres.
Nous le ferons ensemble comme si nous nous donnions tout simplement la main pour « passer sur l’autre rive » avec Jésus. (Mc 4,35)

Au nom de Jésus-Christ, nos prêtres nous diront, une fois de plus, que Dieu nous aime et qu’Il
veut pardonner nos péchés. Ils ont engagé toute leur vie dans cette bienveillance de Dieu pour nous.
N’ayez pas peur d’eux, ne vous sentez pas gênés ou jugés lorsque vous exprimerez votre péché : vos prêtres sont pécheurs comme vous et comme moi, et ils ne peuvent être surpris ou choqués par votre péché.
Et quand ils prononceront le pardon de Dieu sur vous, ce ne sera pas au nom de leur expérience de la vie, mais au nom de leur expérience de la croix de Jésus et de la mission reçue de lui.

C’est le bon moment, c’est une année de grâce qui s’ouvre pour nous. Saisissons-là, il n’est pas trop tard pour nous laisser aimer par Dieu.

+ Jean-Louis BALSA

Evêque de Viviers