Homélie du Cardinal Philippe BARBARIN pour l’ordination de Mgr Jean-Louis BALSA Samedi 12 septembre 2015, à Viviers

Publiée en juin 2008, la Lettre Pastorale de Mgr François Blondel : "Sur l’orientation et la vie du Diocèse de Viviers pour les années à venir : Notre Route en Église, Invités et Serviteurs à l’horizon 2015", annonçait, par la précision de cette date, ce moment où nous sommes : Mgr Balsa vous est donné comme pasteur.

Invités et Serviteurs : ces deux mots s’appliquent à vous tous :
- Invités : "Heureux les invités au festin du Royaume" … Invités à cette table où le pain du ciel vous nourrit, pour votre bonheur. Invités à semer la joie de l’Évangile dans le monde entier : c’est là votre mission.
- Serviteurs : il n’y a qu’un seul Serviteur, le Christ ; nous, nous sommes invités à le suivre et à suivre son exemple en servant les autres … "Vous m’appelez le Maître et le Seigneur et vous avez raison, car je le suis ; si moi je vous ai lavés les pieds … c’est un exemple que je vous ai donné pour que vous fassiez de même et que tous, vous soyez des serviteurs, les uns pour les autres."

Ces mots vont aussi très bien pour notre frère Jean-Louis Balsa, votre nouveau pasteur : c’est le Seigneur qui l’a invité chez vous. Il arrive avec un coeur de serviteur. Il ne connaissait rien à l’Ardèche, comme il le disait avec simplicité, mais le voici, entièrement donné aujourd’hui à l’Ardèche, à "passer sur l’autre rive". Le voici Évêque chez vous, invité par Dieu et décidé à vous servir.

Pour cette célébration, il a souhaité garder les lectures d’aujourd’hui : le Chant du serviteur (Isaïe 50, 5-9), la Lettre de Saint Jacques (Jc 2,14-18) et l’Evangile de Marc (Mc 8, 27-35) – ce passage qui est le plein centre de l’Evangile où l’on voit la foi résumée en un seul mot par la bouche de saint Pierre. Ce sont les lectures proposées à toute l’Église en ce jour.

• Isaïe ne cache pas les souffrances et difficultés que le serviteur de Dieu rencontre et rencontrera. Chacun de vous est lucide sur cela ; vous l’accompagnerez par la prière. "Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats …" Des difficultés, il y en a dans nos vies … mais … "mon Dieu vient à mon secours …" : c’est la phrase du grand réconfort.
Autre mot à souligner : "Son oreille" : "Chaque matin le Seigneur éveille mon oreille pour que j’apprenne à écouter." Voici une autre intention de prière : l’oreille de votre Pasteur. Écouter la Parole de Dieu, la laisser pénétrer son cœur et son intelligence, pour qu’elle se trouve ensuite sur ses lèvres comme une parole de réconfort pour l’épuisé, pour celui qui souffre : c’est une qualité première de celui qui veut être le serviteur des autres. Un homme d’écoute. une oreille qui écoute Dieu pour ensuite être au milieu des autres et les écouter ; vous écouter, vous connaître, et que le Seigneur lui souffle les paroles dont vous aurez besoin.

C’est ce que l’Evangile de saint Marc nous dit à propos de Jésus : Après avoir guéri de nombreux malades, après une nuit courte, "il sortait pour aller dans un endroit désert et là, il priait…" Puis, alors que tout le monde le cherche, "Allons dans les villages voisins …" car c’est pour cela qu’il est sorti …

Ces phrases d’Isaïe et de l’Évangile conviennent bien à la mission confiée aujourd’hui à votre nouveau pasteur. Gardez ces intentions de prière pour lui : qu’il soit un homme d’écoute, d’abord à l’écoute de la Parole de Dieu et qu’il sache vous la transmettre en étant à votre écoute.

• Saint Jacques, dans la seconde lecture, nous exhorte à lier la foi et les œuvres ; si un homme a la foi sans les œuvres, "à quoi cela lui sert-il ?" La foi doit se voir dans les engagements et dans les faits. La foi doit se voir, même si parfois, des choses se passent dans le secret … Un évêque, c’est quelqu’un qui agit au milieu de vous. Agir, d’ailleurs, prendre une décision au bon moment, n’est pas toujours facile. Portez cette autre intention de prière pour votre Évêque : "Qu’il sache nous conduire et prendre des décisions qui vont libérer des énergies nouvelles, qu’il ait de l’audace évangélique pour nous tous. Qu’il sache agir et qu’il puisse agir, malgré tous les obstacles et les difficultés, pour que la vie continue et se déploie." La foi agit ; elle se voit dans des œuvres ; et la mission du pasteur aussi : écouter et agir, telle est la leçon l’épître de saint Jacques.

• Venons-en à l’Évangile : ce passage rapportant la profession directe, franche et vive de Pierre, et l’annonce que Jésus fait de sa Passion est le centre de l’Evangile de Marc. "Et pour vous, qui suis-je ?" Belle question pour vous aujourd’hui, quand vous essayez de transmettre votre foi, de communiquer la joie de l’Évangile, comme nous y invite le Pape François : "Je voudrais une transformation missionnaire de l’Église pour que tout le monde sorte et qu’on aille vers les périphéries pour communiquer la joie de l’Évangile !" Alors, qu’allez-vous dire à ces personnes qui en ont besoin et l’attendent, parfois même sans le savoir ?
Vous écouterez votre Pasteur. Vous l’entendrez quand il commentera l’Évangile au fil des célébrations de Confirmation, des visites pastorales, et vous verrez comment le Seigneur a façonné son cœur, comment il prêche sa foi, comment il va vous parler de Jésus.
Quand Jésus dit qui il est, il prend différentes comparaisons : "Je suis la lumière du monde, je suis le Pain vivant descendu du ciel … Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie" … Trois mots que nous devrions toujours tricoter ensemble … Cette Vérité que nous avons reçue, nous vous la transmettons, c’est le plus beau cadeau que nous puissions vous faire ! C’est ainsi que tout pasteur, dans son Diocèse, dans sa paroisse, essaie de communiquer sa foi, son amour du Christ. Ici je pense à Charles de Foucauld qui a brûlé de l’amour du Christ. Il vivait "en compagnie de son bien-aimé frère et Seigneur Jésus-Christ".

"Jésus commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup …" Il explique que la suite du chemin ne va pas être trop facile … Alors, Pierre qui était merveilleux dans sa profession de foi et avait reçu des compliments de Jésus (comme le rapporte l’Evangile de saint Matthieu), reçoit un sévère reproche : "Passe derrière moi, Satan !" "Passe derrière moi" : notre place à tous. Le disciple est celui qui suit. Pierre va prendre ce chemin. Jésus nous dit que ce chemin de la Passion sera aussi celui de votre pasteur, et celui de chacun de nous, et de tous les disciples du Christ : "Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, qu’il me suive …".

Lorsque sa nomination fut annoncée, Mgr Balsa vous disait :
"J’ai déjà changé de ministères dans ma vie, avec des déménagements, mais là, c’est plus radical, presque effrayant ! - mais j’ai dit Oui ! Et maintenant mon pays, c’est l’Ardèche !"