Saint Aule, évêque

L’existence certaine et la sainteté reconnue par un culte très ancien témoignent de cet évêque de Viviers du VII°s.
Une église avait été batie, dans la seconde moitié du VII° s pour accueillir son corps. Située au sud de la cité, hors les murs, elle a été détruite au cours des guerres de religion (1567). Ses reliques avaient été transférées à la cathédrale au XIV°s.
Dans ses mémoires la Chanoine de Banne reproduit, tirée d’un vieux manuscrit du XIV°s, une vie de Saint Aule où le merveilleux le dispute à l’authentique. Elle montre du moins de quelle vénération Saint Aule était entouré.