Homélie Mgr BALSA pour l’appel décisif des catéchumènes Dimanche 5 mars 2017

Alors le chemin continue, pendant 40 jours , vous allez suivre le Christ, il va lui-même venir vers nous. il va plonger dans notre propre mort, vous allez donc découvrir pendant 40 jours, tous les dimanches de carême, jusqu’au vendredi saint, vous allez assister à ce long chemin que Jésus va faire pour entrer dans notre propre mort, dans notre péché.
Vous n’avez pas à lever le petit doigt, vous allez l’accueillir là où vous vous êtes perdus.
Revenons sur la première lecture, le livre de la genèse.
Vous êtes dans ce petit créneau
Je ne sais pas si vous avez réalisé que quand les scientifiques parlent de bing bang, que le soleil va finir par s’éteindre, c’est miraculeux qui nous soyons ici et que vous puissiez dire » j’y étais », j’ai vu le monde. Il a été demandé de veiller sur cette terre et j’y étais.
On a vu le monde puis à un moment donné, on va disparaître. C’est maintenant qui compte, maintenant c’est maintenant. On peut s’émerveiller, il n’y a pas de hasard, on est là.
Dans le livre de la Genèse, c’est de nous que Dieu parle, il a voulu qu’on soit là juste à ce moment-là.
Quand je vous ai demandé comment le Seigneur vous avez rencontré, comment ça s’est passé,
Chacun a pu dire qu’à un moment donné la rencontre avait eu lieu sans prévenir. La seule chose qui nous était interdite était l’arbre de la connaissance. Le problème, c’est que depuis que l’homme est apparu, les choses auraient pu bien se passer. Et ça n’a pas été si simple. Quelque chose s’est insinué, on en parle comme d’un serpent, est venu perturbé ce qui aurait dû être une belle vie.
Des bouleversements se sont produits et vous l’avez dit pour certains ça a été une naissance, pour d’autres des décès, ou encore un accident et pour d’autres, longtemps, il ne s’est rien passé. Mais vous êtes là maintenant, le Seigneur vous a rencontré dans des moments très particuliers. Très étonnant, vous pouvez dire tel jour à telle heure ! chacun arrive à dater les choses. Dieu est dans la vie concrète . Avant qu’on rencontre Dieu, on a essayé de se débrouiller nous-mêmes. On a avancé comme on a pu. Et vous avez dit stop, je ne peux pas vivre sans Dieu. J’ai essayé, ça ne marche pas. Dieu est venu à ma rencontre pour m’aider, me relever.
Donc toute l’histoire avec le serpent « vous allez vous en sortir, vous êtes éternels, vous maitrisez bien les choses » la grâce qui nous est faite c’est d’accepter d’être mis à nu, d’être fragiles, d’être faibles ; ce n’est pas normal d’être mis à nu, il faut de la pudeur et le vrai chemin c’est la transparence et un Dieu qui se dévoile et nous permet d’avancer.
Maintenant que Dieu s’est manifesté à vous, pendant ce carême, vous allez voir comment il fait, vous allez écouter ce qu’il dit voir comment il se comporte car vous qui allez être baptisés vous allez commencer une nouvelle vie. Il ne faut pas vous faire d’illusions et je crois que vous ne vous en faites pas, vous êtes adultes, cette nouvelle vie ne sera pas un long fleuve tranquille.
Jésus en venant dans le monde a lui aussi commencé avec de fortes tentations avec le diable. Il n’a pas intérêt à ce que vous deveniez chrétien, il a peut-être envie qu’on vous mette un peu d’eau sur la tête, et que le lendemain matin, rien n’ait changé. Le diable va vous proposer exactement ce qu’il propose à Jésus. Regardez ce que fait Jésus.
Le diable lui propose trois choses : si tu es le fils de Dieu, et il est le fils de Dieu, il veut qu’il fasse n’importe quoi, que Dieu se serve de sa divinité « Si tu as faim », pour faire du pain avec des pierres
C’est bien il peut le faire mais si Dieu fait ça, il se passe deux choses : la première c’est qu’il fait quelque chose qui est impossible à faire pour les humains. Aucun d’entre nous ne peut transformer des pierres en pain. S’Il le fait, Il n’est plus un homme et donc plus à côté de nous. La deuxième chose, s’il a faim, il ne fait pas n’importe quoi. « Je dépends de DIEU » Dieu dépend de Dieu. Comme vous, je dépends de Dieu ; Dieu ne se jettera pas du temple car un être humain ne peut pas survivre à ça. Jésus ne mettra pas non plus le monde à ses pieds. Si je fais ça, je n’aurai pas le temps de convertir, de faire du chemin, je vous respecte , on prendra le temps qu’il faut mais je ne vous convertirai pas de force.
Les tentations finalement pour Jésus c’est cesser d’être un Etre humain.
Il faut aller là où nous sommes nous, ne pas se séparer de nous .
Il a provoqué la mort : fait ce qu’il devait faire et avec comme issue provoquer sa mise à mort.
Quand on est perdu, on n’ose même plus croire qu’il y a un Dieu. La vie, elle abime les gens.
Ce Dieu que vous allez suivre, il va aller là où on n’ose même pas croire en Dieu, et quand dans 4 dimanches, le vendredi saint vous allez entendre le cri de Jésus « pourquoi m’as-tu abandonné ? » il va dire ça à Dieu alors qu’il est lui-même Dieu ; il va être au plus proche de tous ceux qui se croient perdus. Vous qui l’accompagnez, laissez le venir là où vous êtes encore perdus , là où on n’ose pas croire qu’il peut encore faire quelque chose. Souvenez-vous de ces deux crucifiés au côté de Jésus, l’un disait « sauve-toi toi-même » il continue à être irresponsable, l’autre dit, tu ne devrais pas être là, à côté de moi mais puisque tu es là alors souviens-toi de moi. Malgré sa vie, il va mourir comme un être humain responsable. C’est ça qui fait que Jésus nous rencontre, nous permet de nous relever jusqu’au dernier moment, d’être debout. Alors ce chemin, ça ne s’invente pas, regardez comment Il fait, qui il va rencontrer, un tas de gens, un paralysé, un aveugle, une samaritaine, regardez bien comme il va relever ces gens-là. D’une manière ou une autre vous allez vous reconnaître.
Ne loupez pas un seul dimanche, faites-vous accompagner, dites aux chrétiens, bougez-vous un peu, venez avec nous, chaque dimanche, écoutez-le, suivez-le, laissez-vous imprégner , laissez faire, laissez-vous faire, et vous allez voir, c’est une aventure extraordinaire et vous allez voir à quelle profondeur Dieu nous aime. Ce cri sur la croix, c’est la certitude qu’il nous aime . Si Dieu fait ça, alors vous avez bien raison de répondre à son appel.
AMEN